Fermer
Aller au contenu principal
Retour aux actualités

Carte de la forêt de Tronçay extraite de l’Atlas des bois dépendans des duchés de Nivernois et Donziois (1789)

Carte de la forêt de Tronçay extraite de l’Atlas des bois dépendans des duchés de Nivernois et Donziois (1789)

La forêt de Tronçay (à ne pas confondre avec la forêt de Tronçais dans l’Allier) dépendait autrefois de la châtellenie de Champallement placée sous l’autorité du comte, puis du duc, de Nevers à partir de l’année 1476. Cette forêt privée est située sur le territoire des communes de Saint-Révérien et de Vitry-Lâche.

Après avoir appartenu à Louis-Jules Mancini-Mazarini, la forêt de Tronçay est passée au 19e siècle au duc de Noailles par le jeu des alliances matrimoniales. Sa femme, Alice Elfrida Victurnienne de Rochechouart-Mortemart avec laquelle il se marie le 5 février 1823, était en effet la petite-fille d’Adélaïde-Diane-Hortense-Délie Mancini-Mazarini, fille du dernier duc de Nevers.

L’Atlas indique que la forêt de Tronçay, d’une contenance de 641 arpents et 34 perches (soit environ 326 hectares), était divisée en 22 coupes, étalées entre les années 1780 et 1801. Il est par ailleurs précisé que cette forêt « étant soumise à un droit d’usage en vers plusieurs communautés d’habitans [elle] a été aménagée séparément des autres bois [de la châtellenie] qui ne sont pas soumis au même usage. » Dans la première révolution, la coupe N°12 est programmée pour l’année 1785, entre la N°5 et la N°6. Il est donc mentionné qu’« A la suite de cette Révolution on coupera de suite en commençant par le N° Premier sans avoir égard à l’Ordre de la première Révolution. »